Un gros gouvernement est un gouvernement injuste

Publiée le 12 mai 2016

Maxime Bernier, député de Beauce

Conservative Futures

Barrie, Ontario, 19 mars 2016

 

Merci beaucoup, Alex. (…)

Alors, relativement au sujet de la conférence d’aujourd’hui : comment pouvons-nous nous assurer que les conservateurs aient un brillant avenir et que le futur du Canada soit conservateur? Il est évidemment très important de défendre les valeurs de liberté individuelle et de responsabilité personnelle; les principes d’un gouvernement plus petit et de libre marché.

Vous savez que je suis un grand fan de ces idées!

Je me bats pour ces idées depuis de nombreuses années et je vais continuer de le faire. Elles sont la raison pour laquelle je suis en politique et elles sont le reflet de ce que nous sommes.

Mais défendre ces principes ne suffit pas. Aujourd’hui, je voudrais mettre de l’avant l’idée que pour assurer notre succès, il faut que tout le monde comprenne bien que nos valeurs sont indissociables de la valeur d’équité.

Nous vivons dans une ère de richesse sans précédent. Nous vivons plus longtemps que toutes les générations précédentes, grâce au libre marché qui est la base de la civilisation occidentale.

Malgré cela, de nombreux Canadiens ne sont pas satisfaits. Ils voient des iniquités partout. Ils croient que le 1 % des plus riches obtient des privilèges au détriment des pauvres et de la classe moyenne.

Ils éprouvent du ressentiment envers le pouvoir des grandes entreprises. Ils pensent que leur région ou province ne reçoit pas sa juste part.

Ils n’ont pas tout à fait tort! Mais je crois qu’ils ont tort quand ils blâment les riches et le libre marché pour ces injustices.

Quand ils supportent ceux au Parti libéral qui leur promettent de résoudre ces problèmes avec plus d’intervention du gouvernement, ils sont malavisés.

Le vrai coupable c’est le socialisme et l’État omniprésent. Au Canada, les gouvernements accaparent 42% des revenus des Canadiens.

Prenons l’exemple des subventions aux entreprises. Les économistes en faveur du libre marché les décrient unanimement comme étant inefficaces et un gaspillage de l’argent des contribuables.

Elles entraînent une mauvaise répartition des ressources et créent une demande constante pour l’intervention du gouvernement dans l’économie.

Nous savons qu’elles n’ont aucun sens du point de vue économique.

Dans une économie de marché, une entreprise est soit rentable et n’a pas besoin de subvention du gouvernement. Ou bien elle n’est pas rentable, et dans ce cas elle devrait être restructurée, vendue ou fermée, afin qu’elle arrête de détruire la richesse et de drainer des ressources de la société.

Les subventions sont aussi grandement inéquitables. Elles avantagent certaines entreprises au détriment d’autres. Mais le gouvernement continue malgré tout de distribuer des milliards de dollars aux entreprises chaque année.

Est-ce équitable qu’une petite entreprise de Barrie soit obligée de payer des impôts pour subventionner Bombardier, ou GM, ou toute autre entreprise dirigée par des millionnaires?

Est-il juste de voir des entrepreneurs à travers le pays, dans des situations difficiles, forcées de faire concurrence pour l’obtention de ressources à des entreprises bien connectées qui peuvent surenchérir avec l’aide de subventions gouvernementales?

Non! Ce n’est pas juste! Mais le coupable n’est pas le libre marché. C’est le gros État interventionniste!

Cette semaine, le gouvernement Trudeau dévoilera son premier budget. Son déficit pourrait atteindre jusqu’à 30 milliards de dollars. On ne voit pas le bout de cette mare d’encre rouge.

Des analystes prédisent que près de 150 milliards de dollars seront ajoutés à la dette au cours des cinq prochaines années. Le gouvernement libéral croit qu’il doit dépenser davantage dans les infrastructures pour stimuler l’économie, mais nous ne sommes pas en récession.

La politique économique de Trudeau se résume ainsi : si nous sommes en récession, dépensons; et si nous n’y sommes pas, dépensons jusqu’à ce qu’on le soit.

Ce gouvernement a déjà perdu le contrôle de ses finances, parce qu’il veut plaire à tout le monde, répondre aux demandes de chaque groupe d’intérêt et résoudre tous les problèmes!

Mais qui va devoir payer pour ça? Les jeunes Canadiens bien entendu!

Est-il juste de leur imposer des dépenses irresponsables dont ils ne recevront aucun bénéfice?

Un gros gouvernement est fondamentalement et irrévocablement inéquitable.

Un plus gros gouvernement signifie un gouvernement qui impose plus, dépense plus, s’endette plus et réglemente plus.

C’est un gouvernement qui oblige les consommateurs à payer plus pour leurs biens et services en protégeant des industries de la concurrence et en créant des barrières au commerce. Est-ce que ça c’est juste?

C’est un gouvernement qui oblige les citoyens à se satisfaire de services publics inefficaces en empêchant des initiatives privées d’émerger. Est-ce que ça c’est juste?

C’est un gouvernement qui éteint les rêves des jeunes entrepreneurs et l’émergence d’initiatives privées en érigeant des barrières et en rendant l’accès au capital plus difficile. Est-ce que ça c’est juste?

Plus un gouvernement prétend résoudre les problèmes avec des politiques imprudentes, plus il crée d’injustices, d’inégalités et d’iniquités.

Les défenseurs de gros gouvernements ne cessent de dire que nous avons besoin de davantage de programmes gouvernementaux et d’une augmentation des dépenses de l’État pour aider les pauvres, parce que ceux-ci sont injustement traités dans une économie libre.

Mais une telle affirmation est complètement absurde!

Des centaines de millions de personnes dans les pays les plus pauvres du monde comme la Chine, l’Inde et d’autres pays du tiers monde se sont sortis de la pauvreté au cours des dernières décennies.

Est-ce parce qu’ils avaient un plus gros gouvernement? Non. C’est parce que la taille des gouvernements a diminué! Et parce que ces pays ont enfin adopté des politiques de base en faveur du libre marché qui existent dans le monde occidental depuis deux cents ans.

La seule façon d’aider les pauvres est de leur donner les moyens de prendre le contrôle de leur propre vie. Non de leur envoyer de plus gros chèques et d’encourager un état de dépendance.

Ceux qui prétendent que la façon d’aider les pauvres est d’avoir plus d’intervention de l’État se trompent complètement.

Un gouvernement plus interventionniste nuit aux pauvres en ralentissant la croissance économique et la création de richesses. Est-ce que ça c’est juste?

Un gouvernement plus interventionniste diminue les opportunités pour les pauvres en freinant la création d’emplois avec ses impôts et sa règlementation excessifs. Est-ce que ça c’est juste?

Un gouvernement plus interventionniste crée des trappes à pauvreté et traite les pauvres d’une manière paternaliste, au lieu d’encourager tout le monde à être des citoyens responsables. Est-ce que ça c’est juste?

L’équité c’est quand tout le monde a une chance de réussir. En tant que conservateurs, nous ne croyons pas que l’intervention du gouvernement soit la solution à tout.

Contrairement aux libéraux qui veulent grossir le gouvernement et nous enlever notre liberté, nous voulons réduire la taille du gouvernement, pour vous redonner votre liberté!

Pour nous, le gouvernement devrait idéalement mettre en place et faire respecter les règles de base de la vie en société et ensuite, laisser les individus libres de coopérer entre eux pour subvenir à leurs besoins.

Plus de dépenses du gouvernement et plus de règlementation ne sont pas la réponse à nos défis sociaux et économiques. Le but n’est pas de réinventer le gouvernement. Le but est de limiter la taille du gouvernement!

Le gouvernement ne devrait pas intervenir pour résoudre chaque problème selon une vision utopique et irréaliste de la société.

Nous voulons un gouvernement plus petit parce que nous soutenons la liberté et la responsabilité individuelles.

Nous croyons en vous. Nous croyons en votre capacité, votre dignité et votre droit de prendre vos propres décisions et de déterminer votre propre destin.

En d’autres termes, vouloir un gouvernement plus petit est un objectif noble. C’est un message retentissant.

Nous n’avons aucune leçon de morale à recevoir et devrions le clamer fièrement quand il est temps d’offrir notre vision d’une société juste et équitable!

Nous ne devrions jamais laisser personne nous dire que les conservateurs ne se soucient pas de l’équité et de réparer les injustices.

Au contraire, les principes et les politiques d’un gouvernement plus petit sont le seul moyen de garantir l’égalité des droits et des opportunités pour tous.

Ils sont le seul moyen d’offrir un traitement équitable à tous les Canadiens, à tous les secteurs de l’économie, et à toutes les régions du pays.

Faisons donc la promotion de nos principes de plus petit gouvernement, pour la liberté et l’équité! Alors, et alors seulement, pourrons-nous nous assurer d’avoir un brillant avenir conservateur au Canada.

Merci!