Le programme de péréquation du Canada est injuste et inefficace : Maxime Bernier

Publiée le 02 février 2017

OTTAWA — Aujourd’hui, Maxime Bernier a annoncé qu’il rendra le système canadien de péréquation plus équitable.

Plutôt que de maintenir la trappe à pauvreté qu’est devenu notre système de péréquation, Maxime Bernier propose de créer un environnement qui encouragera les provinces à réussir et à prospérer au lieu de compter sur l’aide d’autres régions du pays.

Le plan de Maxime Bernier comporte deux éléments clés :

  • Geler immédiatement l’enveloppe consacrée à la péréquation afin d’arrêter les dépenses toujours croissantes.
  • Former un comité parlementaire qui aura pour mission de revoir la formule de péréquation, en proposant des solutions de bon sens qui inciteront les provinces à faire croître leurs économies.

Ces changements contribueront à promouvoir des politiques favorables à la croissance dans chaque province, sans imposer la volonté d’Ottawa dans les secteurs de compétence provinciale.

CITATIONS CLÉS DE MAXIME BERNIER :

« L’argent de la péréquation encourage les provinces qui en reçoivent à maintenir un fardeau fiscal élevé et à intervenir davantage dans leur économie. Elles ne sont pas autant incitées à rendre leur économie plus compétitive parce qu’une plus grande croissance du secteur privé ferait en sorte qu’ils recevraient moins d’argent de la péréquation.

« Ce système est semblable aux programmes d’aide sociale mal conçus qui n’encouragent pas les bénéficiaires à travailler, parce qu’ils perdraient alors tous leurs avantages et seraient moins riches que s’ils restent sur l’aide sociale. C’est ce qu’on appelle une trappe à pauvreté. »

« Mon approche respectera les provinces et notre Constitution. Mon approche respectera les contribuables, de partout au pays, qui financent ce programme et exige des résultats. »