Maxime Bernier FR

Une déréglementation

Maxime Bernier souhaite une déréglementation de l'industrie des télécommunications

Maxime Bernier souhaite une déréglementation de l'industrie des télécommunications ainsi qu’une ouverture totale aux investissements étrangers afin de stimuler la concurrence

 

7 juin 2016

Pour diffusion immédiate

Toronto – Le candidat à la chefferie du Parti conservateur du Canada, Maxime Bernier, a critiqué aujourd’hui les politiques imposées à l’industrie des télécommunications par le CRTC qui font la promotion d’une « concurrence artificielle », et a proposé diverses réformes visant à apporter plus de véritable concurrence.

 

À l’occasion d’un discours présenté devant le Canadian Telecom Summit à Toronto, M. Bernier a rappelé à l’auditoire les décisions qu’il a prises il y a une décennie en tant que ministre de l’Industrie pour déréglementer l’industrie des télécommunications, y compris des Instructions en matière de politique au CRTC lui ordonnant de s’en remettre le plus possible aux forces du marché.

 

« Le CRTC a semblé prendre les Instructions au sérieux pendant quelques années. Et puis il a repris ses vieilles habitudes », a déploré M. Bernier.

 

Le député de Beauce a dénoncé diverses décisions du CRTC qui ont prétendument pour but d’accroître la concurrence dans le secteur, mais qui ont en réalité pour effet de décourager les investissements et de faire du tort aux consommateurs. Il s’agit notamment de la décision de forcer certains fournisseurs à partager leurs réseaux avancés de fibre optique avec des concurrents, de même qu’une décision potentielle du CRTC de taxer et réglementer l’industrie pour s’assurer que tous les Canadiens aient accès à l’Internet à large bande.

 

Il a accusé le régulateur d’être « en retard par rapport à l’évolution de l’industrie ». « Pendant que le CRTC étudie la situation, l’industrie investit des milliards de dollars dans le déploiement de réseaux encore plus efficaces. Tout cela survient parce qu’il y a une véritable concurrence dans ce secteur, et non à cause de la réglementation imposée par le CRTC. Les consommateurs canadiens sont mieux servis lorsque les fournisseurs de services de télécommunication sont libres de concurrencer et d’investir, et non lorsque des bureaucrates leur disent quoi faire. »

 

 

 

 

 

M. Bernier a également critiqué ses successeurs conservateurs à Industrie Canada pour avoir adopté le même genre de politiques faisant la promotion d’une concurrence artificielle dans le secteur du sans-fil. Il a affirmé que cela a eu pour conséquence que des fréquences de spectre ont été mal allouées, sous-utilisées ou inutilisées pendant plusieurs années, une situation qui n’a aucunement été à l’avantage des consommateurs.

 

M. Bernier a fait une série de propositions pour apporter plus de « concurrence véritable » dans l’industrie, y compris la suppression progressive du CRTC dans son rôle de régulateur des télécommunications, ainsi que l’ouverture complète aux investissements étrangers. « L’industrie des télécommunications est une industrie arrivée à maturité, concurrentielle et normale, et elle devrait être traitée en conséquence. Elle n’est pas un terrain de jeu pour les bureaucrates », a-t’il dit.

 

Le discours de M. Bernier n’a pas abordé les diverses questions en lien avec le rôle du CRTC comme régulateur de la radiodiffusion, un sujet qu’il prévoit aborder plus tard.

 

Le texte complet du discours est disponible sur MaximeBernier.com.

 

 

– 30 –

 

 

Pour des renseignements additionnels, prière de contacter :

Maxime Hupé

819-923-5358

hupe@maximebernier.com

 

 

ÉVÉNEMENTS
BÉNÉVOLAT
DONS

CONTACTEZ MAXIME