Un vrai libre-échange

Publiée le 27 juillet 2018

Cette semaine, une délégation européenne s’est rendue à Washington pour discuter de questions commerciales.

La veille, le président Trump a tweeté qu’il avait « une idée pour eux. Les États-Unis et l’Union européenne devraient supprimer tous les tarifs, barrières au commerce et subventions ! On pourrait enfin appeler ça du libre marché et du commerce équitable! »

Il avait fait la même offre au Canada lors du sommet du G7 de Charlevoix en juin. Mais le gouvernement libéral l’a ignorée.

Au lieu de cela, Trudeau a essayé de jouer au dur en déclarant que « les Canadiens ne se laisseront pas faire », et peu de temps après, les relations entre les deux pays se sont détériorées encore plus.

En tant que conservateurs en faveur de l’économie de marché, nous croyons au libre-échange.

Je pense que nous devrions prendre l’offre de Trump au sérieux, tout mettre sur la table et voir jusqu’où nous pouvons négocier. TOUT.

Fini les vaches sacrées et des protections pour tel ou tel autre secteur. Fini les gros chèques distribués par des politiciens essayant d’acheter des votes. Un vrai libre-échange.

Les avantages seraient énormes pour tout le monde.

Certaines personnes continuent de dire que mon approche ne marchera jamais. Que Trump est trop imprévisible, qu’il se comporte de manière irrationnelle, qu’on ne peut lui faire confiance.

Eh bien, savez-vous quoi ?

Mercredi, les États-Unis avaient déjà conclu un accord avec la délégation européenne pour travailler à l’ÉLIMINATION DE TOUTES LES BARRIÈRES COMMERCIALES.

Et le gouvernement américain s'est engagé à résoudre la question des tarifs sur l’acier et l’aluminium.

La menace d’une guerre commerciale entre les deux parties s’est atténuée.

En tant que pays le plus dépendant du commerce avec les États-Unis, comment se fait-il que nous soyons incapables d'obtenir ce genre d’accord pour renouveler l’ALÉNA ?!

Pourquoi ne montrons-nous pas que nous sommes sérieux en mettant la gestion de l’offre sur la table, au lieu d’entrer dans une guerre commerciale que nous ne pouvons pas gagner ?

En réalité, ceux qui disent que ça ne marchera pas ne veulent pas accepter l’offre de Trump et négocier un véritable libre-échange.

Ils aiment les gros gouvernements. Ils aiment l’ingérence bureaucratique et les industries protégées.

Négocier un véritable libre-échange menacerait tout cela, alors ils cherchent des raisons pour ne pas le faire.

Je suis le seul politicien à Ottawa qui dit que nous devrions nous asseoir avec Trump et entamer des négociations constructives, au lieu de jouer à un jeu politique dangereux avec le 20 % de notre économie qui dépend du commerce avec les États-Unis.

Vous pouvez regarder une interview (en anglais) que j’ai donnée à BNN Bloomberg pour sensibiliser plus de gens à ce message.

Si vous aimez mon approche envers le libre-échange, soutenez mes efforts pour convaincre plus de Canadiens.

Merci beaucoup,
– Maxime